L'environnement du golfe du Morbihan
L'environnement du golfe du Morbihan

L'environnement du golfe du Morbihan (20)

Le golfe du Morbihan est un site exceptionnel tant d'un point de vue naturel que paysager et culturel.
Du fait de son contexte géographique, de son histoire géomorphologique, de ses spécificités hydrodynamiques, il constitue un système fonctionnel très particulier abritant des habitats marins et littoraux d'intérêt communautaire.
Le golfe du Morbihan est aussi un site d'importance internationale pour l'accueil des oiseaux d'eau, notamment en hiver où il est l'un des plus important en France et en Europe en terme de quantité et de diversité d'espèces.

Catégories enfants

Géographie physique

Géographie physique (6)

Quelques articles pour résumer les spécificités "physiques" et géographiques du golfe du Morbihan : climatologie, géologie, géomorphologie, dynamique sédimentaire, eau et  hydrodynamisme...

Le climat du golfe du Morbihan (cliquez ici)
Géomorphologie et géologie du golfe du Morbihan (cliquez ici)
Dynamique sédimentaire dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Érosion côtière dans la golfe du Morbihan (cliquez ici)
Le rôle essentiel de l'eau dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Marées et courantologie dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)

Voir les articles...
Habitats naturels

Habitats naturels (4)

Le golfe du Morbihan abrite un ensemble d'habitats naturels rares et menacés, notamment marins et littoraux. Plusieurs dizaines d’habitats d’intérêt européen ont été recensés et occupent de vastes surfaces.

Voir les articles...
Intérêt ornithologique

Intérêt ornithologique (7)

Quelques articles pour décrire l'importance internationale du golfe du Morbihan pour les oiseaux d'eau (anatidés, limicoles, oiseaux marins et échassiers).

L'intérêt ornithologique du golfe du Morbihan (cliquez ici)
Comment compter les oiseaux dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Bernaches et canards dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Grèbes et foulques dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Les limicoles dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Les "oiseaux marins" dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)
Spatule, héron et aigrette dans le golfe du Morbihan (cliquez ici)

Voir les articles...
Autres espèces

Autres espèces (3)

Le golfe du morbihan représente aussi un intérêt patrimonial pour d'autres espèces qu'elles soient végétales ou animales. Quelques unes sont présentées ici.

Voir les articles...

Le climat littoral morbihannais est de type océanique tempéré.
Le golfe du Morbihan bénéficie de conditions climatiques particulières par rapport à l’ensemble breton, comparables à celles des côtes Vendéenne. Sa position géographique, la proximité de la mer et la faible altitude de la frange littorale sud-amoricaine, y introduisent des tendances méditerranéennes (Caillibot, 1990).

Bien que qualifié de « golfe », d’estuaire ennoyé, ou de petite mer intérieure (traduction littorale du mot « Mor » Mer, « Bihan » petite), le  "golfe du Morbihan" est en réalité un ensemble composite, comprenant des zones de types estuariens, mais dont la complexité générale en fait un système particulier, une sorte de zone de convergence de rias coupées de l’océan par un éperon (Locmariaquer / Presqu’île de Rhuys).
La nature géologique du golfe est la résultante de phénomènes anciens
(orogène hercynien) et plus récents (rejets tertiaires, dépôts quaternaires), se caractérise par une nette opposition entre des reliefs de taille modeste de nature granitiques ou schisteuses et de grandes étendues de dépôts sédimentaires.

La nature et l’organisation des sédiments jouent un rôle non négligeable dans la présence des herbiers de zostères et de spartines qui, inversement, participent aussi à la stabilisation et la fixation des vasières du golfe.
La gestion de l’avifaune hivernante par le suivi notamment de la ressource alimentaire majeure que constituent les herbiers reste donc indissociable de la prise en compte des caractéristiques hydrosédimentaires du golfe du Morbihan.

 

Dans le golfe du Morbihan, les apports sédimentologiques relatifs à l’érosion côtière directe sont faibles comparé aux apports marins qui s’introduisent par le goulet de Port-Navalo. Cette caractéristique se traduit par une plus grande abondance des vasières, particules fines de Loire et de Vilaine, que des plages de sable plus grossier issu de zone d’érosion proche. De manière globale, l’évolution du trait de côte dans le golfe ne semble pas très importante, les zones de recul correspondent essentiellement à des roches plus tendres ou à des zones situées à proximité de forts courants de marée (Gicquel, 2005).

L'eau dans le golfe du Morbihan est un élément fondamental. Elle joue un rôle essentiel pour le milieu naturel et son attractivité pour la faune et la flore, mais également pour les activités humaines et précisément pour l'ostréiculture. Tous sont tributaires d'une bonne qualité de l'eau qui dépend de différents facteurs : le renouvellement, les caractéristiques et les usages sur le bassin versant, la nature chimique (salinité par exemple), etc.

Les courants de marée constituent les agents morphodynamiques fondamentaux participant de manière importante à la mise en place du matériel sédimentaireLe cycle de marée est décalé en fonction des caractéristiques bathymétriques et courantologiques qui ont lieu dans le golfe du Morbihan et de la distance des ces zones au goulet de Port-Navalo. Ainsi, on constate un retard maximal de 2 heures et perte d’amplitude de 50 % entre l’entrée et le fond du Golfe.

 

Le golfe du Morbihan abrite un ensemble d'habitats naturels rares et menacés, notamment marins et littoraux. Plusieurs dizaines d’habitats d’intérêt européen ont été recensés et occupent de vastes surfaces.
Par ailleurs, le golfe joue également un rôle "fonctionnel", notamment en raison d'une dynamique littorale très spécifique et abrite un nombre élevé d'espèces végétales et animales.

Lors de l'élaboration du Document d'objectif du site Natura 2000, une approche cartographique a été commandée afin de disposer d'une véritable cartographie des habitats naturels du golfe du Morbihan.
Cette cartographie est un véritable outil de travail élémentaire et doit pouvoir servir à orienter les actions de conservation et de gestion des milieux.
Des cartes de synthèse par grands secteurs sont proposées dans cet article, de manière à être plus accessible au grand public. Ces cartes peuvent également servir de support pour la réalisation des évaluations des incidences sur les sites Natura 2000.

 

Les zostères, marines et naines, sont des plantes marines, et non des algues, qui se développent sur les zones de vasières des côtes de la Manche et de l'Atlantique. Ces plantes jouent des rôles divers et essentiels pour le milieu côtier : dynamique sédimentaire, zones de nourrissage et de développement de nombreux organismes, etc. Elles constituent une ressource alimentaire de première importance pour les oiseaux migrateurs et hivernants.
Par la superficie qu'ils occupent, les herbiers de zostères du golfe du Morbihan sont les plus importants de Bretagne et les deuxième en France après le bassin d'Arcachon. Leur préservation constitue un enjeu fort.

 

Les marais endigués du golfe du Morbihan s’étendent sur plus d’un millier d’hectares, constituant l’un des grands ensemble de marais du littoral atlantique français.
Au delà d’un aspect paysager et historique, ces anciens marais salants et étangs à marée constituent une composante majeure du patrimoine biologique du golfe du Morbihan, notamment pour la flore et la végétation, les oiseaux d’eau, ou le fonctionnement de l’écosystème.

Par sa situation géographique le long du littoral atlantique français et en raison d'une diversité élevée de milieux humides, le golfe du Morbihan représente l'un des 20 sites majeurs pour les oiseaux d'eau en France.
Il joue surtout un rôle d'importance internationale pour les espèces migratrices et hivernantes (bernache cravant, canards divers, limicoles), et accueille également un certain nombre d'espèces nicheuses.

Évaluer l’état de conservation du site est l’un des objectifs de ces suivis ; les oiseaux d’eau  sont identifiés comme de bons indicateurs pour caractériser les zones humides d’importance internationale dans le cadre de la convention de Ramsar. Les dénombrements et suivis sont aussi un outil essentiel pour évaluer l’état de conservation des populations d’oiseaux et l’efficacité des mesures de protection.
Dans le golfe du Morbihan, les comptages d'oiseaux d'eau ont été réalisés dès le début des années 60. Depuis 2004, des comptages "hivernants" sont effectués dans un cadre multipartenarial : ONCFS, RNN des marais de Séné, Amis de la Réserve de Séné, Bretagne Vivante, Groupe Ornithologique Breton, FDC56, Communes de Sarzeau et de l'Ile aux Moines, SIAGM / Projet de PNR du golfe du Morbihan. D'autres suivis sont également réalisés toute l'année.

Les anatidés (oies et canards) comprennent des espèces dites "de surface" et des espèces plongeuses, en raison surtout de leur mode d'alimentation. Les bernaches sont apparentées aux oies.
A l'image des limicoles, les anatidés espèces représentent une part essentielle de l'intérêt ornithologique du golfe du Morbihan, tant d'un point de vue numérique que de la diversité d'espèces présentes.

Les grèbes sont des espèces plongeuses au comportement relativement proche des canards plongeurs. Ils sont extrêmement adaptés à la vie aquatique.
Les foulques appartiennent à la familles des rallidés (Gruiformes), qui comprend également les râles, marouettes et poules d'eau.

Les oiseaux désignés par le terme de limicoles sont de petits échassiers appartenant à l'ordre des Charadriiformes : échasses, avocettes, œdicnèmes, vanneaux, pluviers, bécasses et bécassines, barges, courlis, chevaliers, bécasseaux, etc. On les surnomme parfois "petits échassiers de rivage" en raison de leur allure et des milieux qu'ils fréquentent.
Dans le golfe du Morbihan, ils représentent, avec les anatidés, le groupe le plus représenté numériquement et le site joue un rôle d'importance internationale pour plusieurs espèces.

Sous l'appellation "oiseaux marins", on regroupe des espèces issues de familles différentes. Ces oiseaux sont souvent associés au littoral et au milieu marin mais peuvent en réalité remonter profondément à l'intérieur des terres, le long des fleuves et des grandes rivières.
Dans le golfe du Morbihan, ils sont essentiellement représentés par les laridés
(goélands et mouettes), les sternidés (sternes) et les Phalacrocoracidés (cormorans).

Différentes familles d'oiseaux se cachent sous l'appellation courante de  "grands échassiers" ...
Dans le golfe du Morbihan, ces espèces sont essentiellement représentées par la spatule blanche, le héron cendré et l'aigrette garzette. D'autres espèces sont
occasionnellement observées sur le site, la grande aigrette ou le héron garde-boeuf, ainsi que l'ibis sacré, espèce introduite par l'homme.

Le golfe du Morbihan abrite une "biodiversité" riche et diversifiée, du fait notamment de la grande variété des habitats naturels présents sur le site.

La Loutre d’Europe fait partie des espèces les plus emblématiques en France. Dans le territoire du golfe du Morbihan, elle apparaît comme rare et localisée et les données récentes sont peu nombreuses (rivière de Noyalo surtout). Elle est plus abondante en amont du golfe, sur des bassins comme celui du Loc'h par exemple.

L'agrion de Mercure est une petite demoiselle bleue, ressemblant à beaucoup d'autres espèces de son genre ... C'est l'une des quelques libellules protégées en France du fait de ses exigences écologiques (considérée comme sensible à la qualité de l'eau) et de sa régression relative au niveau européen. Elle est signalée sur les pourtours du golfe du Morbihan en faible abondance et très localisée.