Spatule, héron et aigrette dans le golfe du Morbihan

Écrit par 
Notez cet article
(4 Votes)
Aigrette garzette en vol Aigrette garzette en vol Lionel Picard, ONCFS

Différentes familles d'oiseaux se cachent sous l'appellation courante de  "grands échassiers" ...
Dans le golfe du Morbihan, ces espèces sont essentiellement représentées par la spatule blanche, le héron cendré et l'aigrette garzette. D'autres espèces sont
occasionnellement observées sur le site, la grande aigrette ou le héron garde-boeuf, ainsi que l'ibis sacré, espèce introduite par l'homme.

Les "grands échassiers" regroupent en réalité diverses familles de grands oiseaux appartenant aux ordres des Pélécaniformes (pélicans, hérons, spatules, ibis, fous, cormorans...) ou ciiconiformes (cigognes, tantales). Cette appellation de "grands échassiers" est "pratique mais elle n'a pas réellement de fondement taxonomiques.
Ces espèces sont souvent des oiseaux grégaires, qui nichent en colonie, fréquemment dans les arbres. Leur régime alimentaire varie selon les espèces, nombreuses d'entre elles étant piscivores.

Le golfe du Morbihan accueille des populations nicheuses d'aigrettes garzette et de hérons cendrés et constitue un site de plus en plus importante pour la migration et l'hivernage des spatules blanches.


spatule blanche Platalea leucorodia

Les populations de spatules blanches sont  fragmentées et localisées au sein d’une très vaste aire de répartition (ouest de l’Afrique jusqu’à l’est de l’Asie). En Europe, elles se reproduisent surtout autour de la Mer du Nord, aux Pays-Bas. En France, les effectifs reproducteurs sont faibles,  une centaine de couples, essentiellement en Loire-Atlantique. Les populations de l’ouest de l’Europe sont migratrices. Les oiseaux nicheurs de France et des Pays-Bas arrivent sur les colonies à partir de fin janvier, mais surtout après la mi-février et quittent les quartiers de reproduction à partir de la fin août.  Bien qu'elles hivernent généralement en Afrique de l’ouest, on observe une augmentation de l’hivernage en Europe, notamment sur la côte sud de la Bretagne depuis une vingtaine d’années.
Ce grand oiseau blanc (85 cm) est caractérisé par un long bec, large et plat, en forme de spatule, noir avec l'extrémité jaune.  En livrée nuptiale, la spatule blanche a le jabot orangé et la huppe blanche méchée de jaune. Se nourrissant de petits invertébrés aquatiques, elle adopte une attitude caractéristique avec son bec, le faisant pivoter de gauche à droite à moitié immergé dans l'eau. En vol, contrairement aux hérons et  aux aigrettes, son cou et ses pattes sont bien tendus, ce qui permet de la distinguer facilement.
Le golfe du Morbihan accueille des effectifs dépassant le seuil d’importance internationale, et constitue l'une des principales escales migratoires européennes au printemps. L’effectif hivernant dans le golfe est en augmentation. La spatule blanche fréquente le site durant presque toute l’année. Les effectifs les plus élevés sont enregistrés fin février ou début mars. On peut les observer sur divers  secteurs, surtout dans les marais endigués, les marais de Séné, du Duer ou de Pen en Toul étant des sites souvent privilégiés.

Pour en savoir plus :
http://www.oiseaux.net/oiseaux/spatule.blanche.html


Groupe de spatules blanches pêchant dans l'un des bassins du marais du Duer.                              Lionel Picard, ONCFS, décembre 2009


aigrette garzette Egretta garzetta

L'aigrette garzette est très répandue sur le littoral atlantique, facilement identifiable et observable.
Les populations françaises d’aigrette garzette sont partiellement migratrices. Les vagues de froid peuvent provoquer une mortalité massive des oiseaux hivernants et de très fortes diminutions des effectifs reproducteurs. Cette espèce a connu une forte augmentation  dans les années 80 et 90 . Elle a étendu son aire de reproduction le long des côtes de l’Atlantique puis de la Manche.
De taille moyenne, (60 cm de haut), l'aigrette garzette a un plumage blanc immaculé, une stature fine et élégante et de longues pattes noires aux doigts jaunes.  En livrée nuptiale, quelques plumes ornent sa nuque. En vol, elle est reconnaissable à son cou rentré, sa couleur blanche et ses pattes noires tendues. Son cri est rauque et caractéristique.
L'aigrette garzette chasse des petites proies, poissons et invertébrés aquatiques, en se déplaçant dans l'eau peu profonde. Souvent isolées lorsqu'elles chassent, elles se retrouvent le soir dans de grands dortoirs boisés et nichent en colonie
L’aigrette garzette est présente toute l’année dans l'ensemble du golfe du Morbihan. Les premiers cas de reproduction y ont été observés en 1984. En 1994, le golfe accueillait 60% des 500 couples nichant en Bretagne. Une régression nette des colonies du golfe a ensuite été observée alors que la tendance nationale était toujours à l'augmentation : des causes locales, comme le dérangement des colonies de reproduction, pourrait être la raison de cette baisse. Les colonies de reproduction sont situées majoritairement sur des îles ou îlots boisés (souvent cyprès ou pins), ainsi que des petits bois en presqu’île de Rhuys et en Rivière de Penerf. En dehors de la période de reproduction, les aigrettes continuent à fréquenter les sites de nidification en dortoir ou reposoir de marée haute, mais elles utilisent aussi de nombreux autres sites, particulièrement sur les îles du golfe (Godec, îles aux Œufs, Bailleron, Lerne, Irus…).

Pour en savoir plus :
http://www.oiseaux.net/oiseaux/aigrette.garzette.html


Attitude typique de l'aigrette garzette en vol. Les doigts jaunes ne sont généralement bien visible (à gauche)                   Lionel Picard, ONCFS
Rassemblement d'aigrettes dans un fossé non gelé à Lasné pendant la vague de froid de février 2009 (à droite)


héron cendré Ardea cinerea

Le héron cendré est un grand oiseau, largement reconnaissable à son plumage grisâtre cendré de noir, à son long cou, à son puissant bec jaune et à ses sourcils noirs. Son vol est lourd et lent, pattes tendues et cou rentré. Le cri typique, souvent émis le soir, est rauque, sonore et croassant.  Le héron cendré  fréquente tout types de  zones humides (vasières, marais, cours d'eau, étangs, prairies et prairies humides, ...), dans lesquelles il capture des poissons, des amphibiens ou des petits rongeurs. Son attitude de chasse est typique : immobile, il tend son cou et fixe longuement sa proie, puis d'un coup sec il la frappe fortement de son bec pour la harponner ou la saisir. Le héron cendré construit un très grand nid et nidifie souvent en grandes colonies arboricoles.
Cette espèce est abondante et fréquente dans le golfe du Morbihan. Il est observable toute l'année. Les hérons forment des colonies mixtes avec les aigrettes garzettes sur les îles ou îlots boisés de résineux (Réno, Drennec, etc.). Divers individus sont facilement observables sur leur zone de chasse, notamment en milieu urbain (port de Vannes).

Pour en savoir plus :
http://www.oiseaux.net/oiseaux/heron.cendre.html

Lu 7914 fois
L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

L'ONCFS est un établissement public, sous double tutelle des Ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture, en charge de la connaissance de la faune sauvage et de ses habitats, de la police de la chasse et de l'environnement et de l'appui technique auprès des décideurs politiques, aménageurs et gestionnaire de l'espace rural.  L'ONCFS est implanté dans tous les départements métropolitains et d'outre-mer.

Site internet : www.golfedumorbihan.org Adresse mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Plus d'articles dans cette catégorie : « Les "oiseaux marins" dans le golfe du Morbihan

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*). Le code HTML n'est pas autorisé.