Afficher les articles par mots-clés : Massif armoricain

La nature et l’organisation des sédiments jouent un rôle non négligeable dans la présence des herbiers de zostères et de spartines qui, inversement, participent aussi à la stabilisation et la fixation des vasières du golfe.
La gestion de l’avifaune hivernante par le suivi notamment de la ressource alimentaire majeure que constituent les herbiers reste donc indissociable de la prise en compte des caractéristiques hydrosédimentaires du golfe du Morbihan.

 

Publié dans Géographie physique

Bien que qualifié de « golfe », d’estuaire ennoyé, ou de petite mer intérieure (traduction littorale du mot « Mor » Mer, « Bihan » petite), le  "golfe du Morbihan" est en réalité un ensemble composite, comprenant des zones de types estuariens, mais dont la complexité générale en fait un système particulier, une sorte de zone de convergence de rias coupées de l’océan par un éperon (Locmariaquer / Presqu’île de Rhuys).
La nature géologique du golfe est la résultante de phénomènes anciens
(orogène hercynien) et plus récents (rejets tertiaires, dépôts quaternaires), se caractérise par une nette opposition entre des reliefs de taille modeste de nature granitiques ou schisteuses et de grandes étendues de dépôts sédimentaires.

Publié dans Géographie physique