Les marais littoraux protégés dans le golfe du Morbihan

Écrit par 
Notez cet article
(3 Votes)
Anse de Saint-Colombier avec le marais du Duer en fond Anse de Saint-Colombier avec le marais du Duer en fond

Dans le golfe du Morbihan, outre la vaste Réserve Naturelle des marais de Séné, d'autres anciens marais salants de plus petite taille font également l'objet de mesures de protection : marais du Duer, marais de Pen en Toul, marais de Lasné, ... Chaque site fait l'objet d'une gestion et d'une réglementation particulière et les statuts fonciers et propriétaires sont divers : Espaces Naturels Sensibles du Conseil Général du Morbihan, Espaces du Conservatoire du Littoral, Site Classé, Réserve Naturelle Régionale.

Ces différents marais sont répartis dans le golfe. Quatre d'entre eux jouent un rôle réellement important pour les oiseaux hivernants et/ou nicheurs : le marais de Séné, le marais du Duer, le marais de Lasné, le marais de Pen en Toul. D'autres marais, moins connus ou non protégés, complètent ce réseau de marais littoraux : marais de Brénéguy, marais de la Villeneuve, marais de Ludré, marais de Birhit, marais de Truscat, etc.
(Voir aussi l'article consacré aux marais endigués, cliquez ici)

Le marais de Séné

Voir article sur la RNN des marais de Séné

Le marais du Duer

Le marais du Duer est un Espace Naturel Sensible du Conseil Général du Morbihan et fait également l'objet d'un classement en Arrêté de Protection de Biotope (APPB).
Il se situe sur la commune de Sarzeau, dans le fond de la baie, à la périphérie immédiate de la zone de tranquillité.
Le site correspond à d'anciennes salines, créées au 15 ième siècle, et exploitées jusque dans les années 1950. Elles ont ensuite successivement été utilisées à des fins piscicoles, puis cynégétiques, jusqu’à leur acquisition par le Département et la Commune de Sarzeau. Un peu plus de 26 ha ont été acheté par le Département  en1995) au titre des Espaces Naturels Sensibles, tandis que la commune s’est portée acquéreur d’un peu moins de 2 ha. La gestion du site a été confié à la commune de Sarzeau.
Le Duer a également fait l’objet de la création d’un APPB en 1992, réglementant différentes activités sur le site dont l' interdiction d'accès à l'intérieur du marais afin d'assurer la quiétude des oiseaux.
D’importants travaux de restauration et de réhabilitation ont donc été entrepris pour redonner une dynamique hydraulique au site et le rendre attractif pour les oiseaux (création d’îlots au milieu de bassins). Une gestion pastorale a également été mise en place (moutons « Lande de Bretagne »). De plus, des aménagements facilitant l'observation des oiseaux ont été mis en place par l’intermédiaire de deux observatoires situés à l’arrière du marais. Ils sont publics et ouverts toute l’année.

Le Duer joue un rôle important lors de la migration des oiseaux qui le fréquentent comme zone de stationnement, particulièrement à marée haute. On y observe notamment la sarcelle d’hiver, la barge à queue noire, le courlis cendré, la spatule blanche, et de nombreuses autres espèces. Au printemps, le marais du Duer accueille différentes espèces reproductrices : l’échasse blanche, la sterne pierregarin, le tadorne de Belon. Environ 160 espèces d’oiseaux ont pu être observées sur le site.
Le marais du Duer est facilement accessible. Il est aménagé pour la découverte des oiseaux grâce à la présence de deux observatoires et d'un sentier longeant sa partie sud. Le passage au nord, le long de la digue, est strictement interdit.


Regroupement d'oiseaux en hivernage, sur l'estran qui longe le marais du Duer.                                                        Lionel Picard, ONCFS

Le marais de Pen en Toul

Le Marais de Pen en Toul  est un Site Classé depuis le 1er octobre 1990 et représente une superficie de 70 ha.
L'acquisition de ce marais, en 1995, a permis d'y créer une réserve dont la gestion est confiée à Bretagne-Vivante - SEPNB. Une partie du marais a fait également l’objet d’acquisition de terrain par le CELRL en 2000 soit 14 ha. Une dernière partie appartient à un epersonne physique. Cet ancien marais salant, isolé de la mer au XIXème siècle, est le dernier marais côtier de la partie Ouest du golfe du Morbihan (commune de Larmor-Baden). Il est très attractif pour l'avifaune et représente une zone de reproduction, d’escale migratoire (plus de 50 espèces), et une zone d'hivernage (remise de canards et reposoir pour les limicoles et les ardéidés).
Le marais est accessible et ouvert à tous en permanence. Le circuit d'environ 3,3 km est jalonné de points de vues permettant de découvrir le marais et les oiseaux. Des balades nature destinées au grand public sont organisées ponctuellement tout au long de l'année pour découvrir le marais, sa faune et sa flore.

Pour en savoir plus sur le marais de Pen en Toul : Pen en Toul


En suivant la route entre Baden et Larmor-Baden, un point de vue immanquable sur le marais de Pen en Toul.           Lionel Picard, ONCFS


Le marais de Lasné

Le marais de Lasné, ancien marais salant datant du 19 ième siècle, n'était plus exploité depuis longtemps. Dans l'entre-deux  guerres il a été transformé en "claires" (= bassins d'affinage des huîtres), avant d'être définitivement abandonné dans les années 60. En 1978, une centaine d'hectares ont été acquis dans ce secteur par le Conseil Général du Morbihan au titre des Espaces Naturels Sensibles, dont une quarantaine d'hectares spécifiquement pour le marais de Lasné.
Par la suite, le Conseil Général, associé à la commune de Saint-Armel et au SIAGM (Syndicat Intercommunal d'Aménagement du Golfe du Morbihan), a mis en place un programme de gestion orienté selon trois axes : la saliculture, l'ostréiculture et  la quiétude pour la faune.
C'est ainsi que les travaux pour la saliculture ont débuté en janvier 2003, avec la venue d'un paludier et la mise à disposition d'une dizaine d'hectares. L'exploitation d'une partie des marais en "claires" ostréicoles était déjà en cours.

Enfin, une autre partie des marais (à l'est) a été réservée à la flore et à la faune. Grâce à l'aménagement de cette zone de quiétude, le marais de Lasné est actuellement l'un des sites de nidification et d'hivernage d’importance majeure dans le golfe du Morbihan. Tous les ans, ce sont, notamment, une centaine de sternes pierregarins qui retrouvent les ilots de la vasière.
L'accès le long du marais est libre et aménagé sur sa partie ouest. Des visites guidées sont organisées sur les marais salants.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement et la vie de la saline de Lasné : marais de Lasné


Le marais de Lasné conjugue de le fragile équilibre entre activités humaines et protection de la biodiversité.               Lionel Picard, ONCFS
Unique saline du département, cette pratique est soumise aux aléas climatiques et à une bonne gestion de l'eau.
(en photo, monticule de sel à gauche et pinson des arbres sur les prises d'accès de l'eau de mer à l'intérieur du marais)

Les autres marais littoraux

En plus des marais littoraux présentés précédemment, il existe tout un ensemble d'autres marais littoraux, protégés ou non. Bien que la plupart ne fassent pas l'objet de protection particulière, ils le sont tout de même par leur statut, souvent privé. La plupart sont chassés ou gérés plus spécifiquement pour la pratique de la chasse au gibier d'eau.

Tous ces marais constituent un ensemble cohérent qu'il est indispensable de préserver dans sa globalité, de manière à ce que le golfe continue à représenter un site d'hivernage mais aussi de reproduction pour les oiseaux des milieux humides.


Cette carte montre les différents marais et étangs littoraux présents dans le golfe du Morbihan.                                Lionel Picard, ONCFS
La préservation de ces sites dans leur globalité est une priorité qui s'inscrit dans la cadre de Natura 2000.
(Pour telécharger la carte, cliquez ici )


La gestion du marais de Brénéguy vient récemment d'être confiée à la commune de Locmariaquer                           Lionel Picard, ONCFS
(site appartenant au Conservatoire du Littoral). L'une des premières initiatives de gestion consistait
en la réhabilitation de la digue du marais afin d'assurer une gestion hydraulique adaptée.

Lu 13131 fois
L'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

L'ONCFS est un établissement public, sous double tutelle des Ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture, en charge de la connaissance de la faune sauvage et de ses habitats, de la police de la chasse et de l'environnement et de l'appui technique auprès des décideurs politiques, aménageurs et gestionnaire de l'espace rural.  L'ONCFS est implanté dans tous les départements métropolitains et d'outre-mer.

Site internet : www.golfedumorbihan.org Adresse mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*). Le code HTML n'est pas autorisé.